Qualité de vie au Travail

Sobriété énergétique des entreprises : comment réduire la consommation d’énergie sans impacter les salariés ?

4 minutes
Le Gouvernement a lancé cet été le plan sobriété énergétique avec pour objectif de baisser de 10% la consommation d'énergie de la France. Les entreprises ont un rôle essentiel à y jouer et pour lutter contre le réchauffement climatique ! Comment peuvent-elles réduire leur consommation d’énergie sans impacter le bien-être des salariés ?
Sobriété énergétique

Climat et économie d’énergie : le rôle majeur des entreprises

Le Gouvernement français a fixé comme objectifs de sortir de sa dépendance aux énergies fossiles et une baisse de 40% de sa consommation d’énergie d’ici 2050. La Première Ministre Elisabeth Borne et Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique ont présenté en juin 2022 le plan sobriété énergétique qui concernent particulièrement les entreprises. L’objectif est de réduire de 10% la consommation d’énergie sur les deux prochaines années.

L’enjeu climat est essentiel mais les entreprises sont également confrontées à la forte hausse des prix de l’énergie. Lors d’un discours en août 2022, la première ministre Elisabeth Borne a indiqué que des risques de coupures et de rationnement sont à envisager pour cet hiver face au contexte international actuel (conflit ukrainien). Elle rappelle que ce seront les entreprises qui seront les premières visées par ces restrictions. Elle a appelé chaque entreprise “à établir son propre plan de sobriété”.

Les entreprises sont donc au cœur des objectifs de l’Etat et sont fortement invitées à prendre des mesures rapides et efficaces d’économie d’énergie. Des lois existent également qui varient selon le secteur, la taille, la situation, etc. Difficile ici de faire un récapitulatif complet, les textes étant nombreux et évoluant souvent.

Entreprises : comment réduire sa consommation d’énergie ?

Une étude de l’INSEE sur les pratiques environnementales des entreprises révèle qu’en France, un quart des entreprises reconnaissent “que leur activité a un impact fort ou très fort sur l’environnement.“ Leur consommation participe activement au réchauffement climatique. Plusieurs pistes sont à privilégier pour faire des économies d’énergie : la sobriété énergétique (consommer moins), l’efficacité énergétique (consommer autrement), l’utilisation d’énergies renouvelables.

Pour pouvoir déterminer un plan d’action, il est important de commencer par un état des lieux, comme un bilan carbone. Pour en savoir plus sur le bilan carbone, consultez notre article : https://elandestalents.apicil.com/qvt/bilan-carbone-entreprises/ . Ensuite, pour chaque poste de consommation, des solutions plus ou moins simples mais surtout efficaces peuvent être mises en place. Voici quelques pistes :

  • Le chauffage représente généralement le plus gros poste des dépenses énergétiques totales. Pour réduire sa consommation, une entreprise peut réaliser des travaux d’isolation des bâtiments, prioriser l’utilisation de chauffages économes en énergie, choisir une température raisonnable pour ses locaux (19 degrés environ), utiliser des thermostats, etc.
  • Éclairage : des solutions toutes simples existent comme l’utilisation d’ampoules basse consommation, penser à bien éteindre les lumières des pièces quand elles ne sont pas utilisées, ne rien laisser allumer la nuit, privilégier des bureaux lumineux, etc.
  • Appareils électriques : choisir des appareils qui consomment moins (exemple : des ordinateurs portables au lieu des fixes), bien les éteindre quand ils ne sont pas utilisés, etc.
  • Sensibiliser ses équipes grâce à des formations, des outils de communication, etc.
  • Développer le télétravail pour ne pas avoir à ouvrir les locaux tous les jours.

Impact QVT sur les collaborateurs

Une entreprise qui agit pour le climat développe son attractivité sur le marché de l’emploi, la fidélisation et la motivation de ses collaborateurs. La RSE (la Responsabilité Sociétale des Entreprises :  la contribution des entreprises aux enjeux de développement durable) est l’une des attentes principales des salariés aujourd’hui (lire notre article : https://elandestalents.apicil.com/qvt/attentes-salaries-2022-sens-au-travail/ ) . Une enquête de Cone Communication révèle que 70% des salariés déclarent qu’ils seraient plus « loyaux » et plus « fidèles » envers leur employeur si celui-ci est investi dans une démarche RSE.

 

Il est cependant essentiel que chaque mesure d’économie d’énergie prenne en compte la qualité de vie au travail. Sans cela, l’entreprise risque de dégrader le bien-être de ses salariés, leur motivation et l’ambiance de travail. Après la crise de la covid-19 qui a fortement impacté le monde du travail et le moral des français, il faut veiller à ce que la crise énergétique n’impacte pas trop ses équipes déjà fragilisées.

  • Même si des efforts sont à faire, le confort de travail doit être optimisé : la température, l’éclairage et les appareils doivent être adaptés en toute saison.
  • Si le télétravail se développe, il ne s’agit pas de reporter les dépenses énergétiques sur les équipes qui travaillent de chez elles. Une prime télétravail peut être par exemple envisagée pour compenser l’augmentation de leurs factures.
  • Il est essentiel de communiquer sur les différentes actions et sur leur impact pour permettre aux salariés de mesurer leur utilité.
  • Enfin, ne pas oublier de rassurer les salariés inquiets de l’éventuelle dégradation de leurs conditions de travail.