Qualité de vie au Travail

Le confinement : journées au rythme de la méditation

le 20/04/2020 Temps de lecture 4 minutes

Le nouveau rythme qu’impose le confinement pour la plupart d’entre nous peut générer quelques inquiétudes et angoisses. Pour mieux vivre ces journées de télétravail et limiter le stress, Isabelle, notre rédactrice bien-être, témoigne et nous livre quelques conseils en méditations.

Pas un bruit dans l’immeuble, pas un bruit au dehors, les bruits du trafic urbain ne sont plus… Depuis vingt jours maintenant, nous vivons au rythme du confinement. Bien différent du rythme habituel, pas de course vers les transports en commun bondés, nous nous retrouvons à huit clos, seul, en couple ou en famille et pour la plupart en télétravail.

 

Méditer au réveil

Confinement, seule, à huit clos, la claustrophobie s’inviterait-elle dans la partie ? Non, il n’est pas question de se laisser envahir. Changer de point de vue, choisir de méditer, de respirer pour accorder de l’espace à cette situation, pour l’accepter afin de la vivre du mieux possible. Qui sait, peut-être en ressortirai-je grandie ? Peut-être découvrirai-je de nouvelles facettes de ma personnalité ?

Tous les jours au réveil, mon choix se porte sur une méditation de pleine conscience parmi les incontournables de Jon Kabah Zin, la Méditation de la Montagne, la méditation du scan corporel ou Christophe André, Elargir la conscience. 20 à 30 minutes pour bien respirer, bien me recentrer, me ramener au moment présent, calmer le flot de mes pensées. Indispensable pour ne pas « tirer de plans sur la comète » ! Selon mon envie et mon état physique, je pratique soit allongée, soit assise.

Une première étape pour me sentir plus en éveil, plus apaisée mais aussi plus ressourcée pour débuter une journée de télétravail.

 

La pleine conscience au fil de la journée

Si le besoin se fait sentir dans la journée : mails qui se multiplient, visioconférences perturbées car plus de son, pas de caméra, coupure de réseau…

Je reviens à ma respiration en pratiquant une méditation appelée « Flash » ou « Stop », 3 à 6 minutes pour souffler. Celles de Christophe André sont excellentes : « 3 minutes pour méditer » pour relâcher la pression.

Ce type de méditation permet de prendre du recul, de ne pas sur-réagir. Un mail vous a agacé, vous interprétez une phrase, un mot d’une certaine manière… Mais ce n’est peut-être pas et même à coup sûr ce que le rédacteur a voulu dire. Il est vrai que le télétravail nous coupe des réactions non-verbales que nous pouvons observer habituellement chez notre interlocuteur. Ajoutons à cela la situation inédite plus ou moins anxiogène vécue aujourd’hui : télétravail plus confinement, le cocktail peut être détonant ! Alors du calme, de la bienveillance, faites l’exercice.

 

Comment faire « un stop de 3 à 6 minutes » dans la journée, en quoi cela consiste ?

  • Je m’arrête
  • Je me recentre sans rien faire
  • Je respire profondément mais sans forcer
  • Je me coupe du téléphone, de l’ordinateur
  • Je regarde par la fenêtre si cela m’aide
  • Je me lève, je marche
  • Je prends une pause réelle. Je souffle
  • Et je médite : exemple de méditation 3 minutes « Le bavardage des pensées » de Christophe André

 

La pleine conscience est pour moi, une manière de penser, de vivre, cela se traduit par des lectures de livres inspirants tels que « Kilomètre zéro » de Maud Ankaoua (éditions Eyrolles) ou de phrases positives piochées dans des livres de développement personnel… Ou bien encore, dans la respiration d’huiles essentielles relaxantes comme la lavande, l’orange… La contemplation de photos de beaux paysages ou d’œuvres d’art en ouvrant le livre de Christophe André « Méditer jour après jour » (éditions L’iconoclaste).

Elle est dans tous les moments de la vie et chacun peut y « goûter ». Le repas peut devenir un moment de pleine conscience. Je déguste avec plus d’attention les aliments cuisinés, m’arrêtant sur leurs saveurs, leurs textures, leurs odeurs… Cette période a changé ma notion du temps.

En fin de journée, je prends le temps de m’étirer en pratiquant des mouvements de yoga debout. Je rejoins en ligne des séances pour pratiquer quelques postures d’ancrage, de rééquilibrage tout restant bien centrée sur ma respiration.

 

Méditer au coucher

La journée se termine mais la nuit commence… elle peut être source d’angoisse, de peurs irraisonnées. Alors pour programmer un sommeil réparateur, je me « branche » sur YouTube pour suivre la méditation du Lac de Jon Kabah Zin.  Que rêver de mieux que de préparer son sommeil grâce à la voix de Bernard Giraudeau… Et avant de m’endormir, j’émets l’intention de vivre une belle nuit calme et apaisante pour me ressourcer en énergie positive.

 

Méditer, prendre du temps pour moi me permet d’être mieux, plus sereine face aux événements. Et ainsi, je peux écouter, aider mes proches, famille, amis, à distance, avec attention et recul.

Merci aux soignants et à toutes les personnes qui œuvrent en cette période pour que nous puissions rester chez nous confiné(e)s et en sécurité.

J’espère pouvoir très bientôt méditer en plein air ; mais pour le moment « Je sauve des vies, je reste chez moi ».

Derniers articles