Qualité de vie au Travail

Comment concilier sport et télétravail ?

le 09/03/2021 Temps de lecture 5 minutes

La généralisation du télétravail nous a coupé de nos principaux liens sociaux et pire encore, nous oblige à réduire notre activité physique, ce qui peut avoir des conséquences graves sur notre équilibre personnel. Que celui qui n’a jamais constaté avec effroi n’avoir réalisé que 500 pas au cours d’une journée lève la main. L’Elan des talents vous livre ses conseils pour concilier sport et télétravail.

Les constats du télétravail sur la santé depuis le premier confinement

Nos rythmes de vie ont été chamboulés par le télétravail.

Pour preuve, la sédentarité, soit le temps passé assis ou allongé (hors les nuits de sommeil) a fortement augmenté depuis les dernières recommandations gouvernementales. Selon une étude de l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (Onaps), lors du premier confinement, 25% des adultes auraient augmenté le temps passé assis et 41% ont augmenté leur temps passé devant les écrans.

Selon cette même étude, la sédentarité multiplie par 2 le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2 et d’obésité. Elle favorise stress, anxiété et peut mener jusqu’à la dépression.

Sachant cela, il est fortement conseillé de diminuer le temps passé assis, de bouger régulièrement dans la journée et de compenser par une activité physique régulière.

Beaucoup l’ont compris, le sport permet de lâcher-prise. Selon une enquête Ifop réalisée en 2020, 43 % ont augmenté leur pratique sportive, et désormais 60 % à considérer le sport comme « une soupape de décompression » durant les heures de télétravail.

Conserver sa mobilité

Le plus important, c’est la santé ! Plus vous bougez, mieux le corps se portera. Ne pas rester assis toute journée est nécessaire pour éviter les troubles musculosquelettiques (TMS), d’abord en adaptant son environnement de travail puis en étant en mouvement au moins 20 min par jour.

Modifier son état d’esprit et se challenger

Faire preuve de détermination peut s’avérer difficile en cette période. Pour cela, il est nécessaire de se fixer des objectifs réalistes dans sa pratique sportive et surtout commencer doucement sans brutaliser son corps. Cela favorise la motivation, un bien nécessaire si on souhaite pratiquer sur le long terme et évoluer jour après jour.

Nouer des liens avec ses collègues

Prévoir à l’avance des moments sportifs avec ses collègues pour trouver motivation et consolider une vraie cohésion d’équipe. Les outils numériques permettent de rester connecté avec ses collègues de bureau, une occasion d’entretenir les liens pour les plus isolés. Un petit message groupé et le tour est joué !

S’accorder du temps pour soi

S’octroyer des moments pour prendre soin de soi est la clé du bonheur ! Pour y arriver, il est conseillé d’ancrer sa routine sportive dans son agenda, à des plages horaires où vous êtes certain qu’aucune réunion ne viendra gâcher ce plaisir ! Le fait de créer des sortes de rendez-vous peut favoriser la motivation. Votre ressentirez davantage une sensation d’accomplissement et votre esprit plus libre pour utiliser la totalité de vos capacités intellectuelles. La règle c’est ne pas y déroger !

Hausse de la productivité

Le sport et le travail est l’équation idéale pour augmenter productivité, concentration et diminuer son stress du quotidien. On connaît les bienfaits du sport sur la santé et au-delà du dépassement de soi et de l’esprit d’équipe, pratiquer un sport permet de stimuler la mémoire, favoriser la relaxation, la qualité du sommeil et lutter contre la dépression. Comme on dit si bien, un esprit sain dans un corps sain.

Certains télétravailleurs parviennent à concilier emploi à la maison et pratique sportive régulière. Qui sont ces salariés inspirés et motivés ?

Interview de Marie Anjjar : des cours de Yoga au sein d’Apicil

Dans le cadre de l’association sportive du Groupe Olympique APICIL, l’association sportive du groupe, Marie Anjjar a pris l’initiative d’instaurer des cours de yoga, pour le plaisir des collaborateurs, de façon hebdomadaire. Elle nous partage ses retours d’expérience.

Photo Marie Anjjar

Pouvez-vous présenter votre formation ?

Je suis enseignante certifiée en yoga Vinyasa et yoga pré et post natal de Gasquet. J’ai aussi 15 années de pratique personnelle.

Quel outil utilisez-vous et comment organisez-vous les cours ?

Je propose deux créneaux hebdomadaires, un le soir, un sur la pause méridienne, pour toucher des personnes qui ont des contraintes horaires différentes. J’envoie un mail en début de semaine avec les horaires à une mailing liste de personnes qui ont déjà pratiqué avec moi ou qui m’ont fait savoir qu’elles étaient intéressées par ces cours. J’envoie également un message sur le réseau social interne à l’entreprise « Yapi ».

Combien avez-vous de participants ?

J’ai une quarantaine d’élèves différents dont une vingtaine qui viennent par semaine, j’ai un noyau d’élèves qui viennent très régulièrement et d’autres plus occasionnels, en fonction des emplois du temps de chacun.

Un de vos procédés pour favoriser le bien-être durant vos séances ?

J’insiste sur la détente physique surtout avec le télétravail, également sur l’ouverture de la cage thoracique et le renforcement du dos qui sont souvent malmenés par nos mauvaises postures. Je fais en plus du renforcement des jambes, de l’étirement des ischio-jambier car forcément on se déplace moins ! Un autre bienfait, c’est de s’accorder un temps pour soi, où toute notre attention se porte sur l’écoute de son corps, son observation, ça aide à mieux se connaître, en étant bienveillant avec soi-même on le devient pour les autres.

Derniers articles