Interviews et témoignages

Dans la peau d’un intrapreneur : interview de Kevin Berthon

le 10/02/2021 Temps de lecture 4 minutes

L’intrapreneuriat permet aux collaborateurs d’entreprendre un projet au sein même de leur entreprise, tout en gardant leur statut de salarié. C’est un véritable levier au service de l’engagement, de l’innovation et du bien-être et un excellent moyen de fidéliser et d’attirer de nouveaux talents. Rencontre avec Kevin Berthon, intrapreneur, qui a lancé son entreprise en parallèle de son poste salarié chez APICIL.

Kevin Berthon

Pouvez-vous vous présenter, votre rôle chez APICIL et votre projet d’intrapreneuriat Liberlo ?

J’ai rejoint le Groupe APICIL en 2015 au poste de chef de projet digital. J’ai notamment piloté la refonte des sites publiques APICIL.com et je travaille aujourd’hui sur la mise en place de différentes app Salesforce (Marketing Cloud, Social Studio, Datorama…) en tant que Product Owner.

Depuis près de deux ans, je travaille également avec Vincent GAL sur un projet à titre personnel : Liberlo !

Liberlo est une plateforme de rendez-vous bien-être qui vise à faciliter l’accès à ces pratiques en référençant des milliers de professionnels certifiés et recommandés par nos utilisateurs. Parallèlement, nous visons à offrir un confort de travail inégalable à nos professionnels via une interface fluide, simple et complète !

Comment le Groupe APICIL vous a-t-il accompagné dans votre projet d’intrapreneuriat ?

J’ai rejoint le programme d’intrapreneuriat du Groupe APICIL en juillet 2020.

Après un an d’études de marché et d’interviews, le Groupe nous a permis de financer le MVP de la plateforme et les premières campagnes de lancement qui tournent actuellement !

Autre point et pas des moindres, le Groupe nous a mis à disposition des postes de travail au sein du H7, un lieu de vie dédié aux entrepreneurs à Lyon. Habitués à travailler en appartement, le H7 nous a permis de séparer nos vies pro / perso, ce qui est très important.

Le Groupe m’a aussi accordé du temps : une journée par semaine sur mon temps de travail à allouer à Liberlo. C’était un gros changement pour moi ! Cela m’a permis de mieux m’organiser en planifiant un maximum de call, de point de synchro, d’interviews, etc. sur cette journée. Tout ça n’aurait pas été possible sans Marie Christine Eudes, qui est à la tête du programme, et que je remercie pour son soutien au quotidien !

Quel est votre quotidien d’intrapreneur ? Un exemple de journée type ?

Le mercredi est consacré à la gestion de Liberlo. En dehors du mercredi, voici une journée type.

Je me lève à 7h15, prends mon petit déjeuner en lisant mes mails, prends une douche et part dans les locaux d’APICIL.

J’arrive en général aux alentours de 8h45 et je commence à lire mes mails (APICIL cette fois). A 9h30, je participe au Daily Scrum avec mon équipe Projet (20 minutes).

La journée est ensuite rythmée par de nombreux ateliers. Je vois mes notifications Slack Liberlo qui défilent sur mon téléphone…

C’est midi, j’en profite pour répondre aux différents messages, j’appelle en général les deux commerciaux Liberlo pour faire le point avant d’aller manger à la cafétéria du Groupe.

Un peu avant 14h, je reprends les ateliers / réunions APICIL. Les notifications Slack Liberlo défilent toujours…

Je termine ma “journée de travail APICIL” vers 18h30-19h. Sur le chemin du retour, j’appelle très régulièrement Vincent, mon associé, pour échanger sur les sujets en cours / urgences / orientations à prendre…

J’arrive vers 19h45 chez moi. Les journées sont très intenses et me demandent beaucoup d’organisation.

Est-ce que l’intrapreneuriat est si différent de l’entrepreneuriat ? En quoi ?

De mon point de vue et pour avoir vécu les deux situations, oui complètement. De nombreux points divergent.

L’entrepreneur se sent souvent très seul avec son projet alors que l’intrapreneur bénéficie d’un soutien fort au quotidien.

Je pense également que l’intrapreneur peut plus facilement prendre du recul sur son projet dans la mesure où il se “coupe” régulièrement de son projet, on a moins l’effet “tête dans le guidon” !

A l’inverse, un des facteurs les plus importants dans la création d’une start-up est le temps. Sur ce plan, la situation d’intrapreneur est très difficile et peut très vite devenir frustrante. L’équilibre vie pro Entreprise/ vie pro Intrapreneur / vie perso, demande beaucoup d’énergie et d’organisation. A mon sens, il ne peut s’agir que d’une étape, ce n’est pas maintenable dans le temps.

Quels sont vos conseils pour ceux qui veulent se lancer ?

Je pense sincèrement qu’il ne faut pas hésiter à se lancer ni à avoir peur de l’échec ! Les échecs peuvent nous ouvrir de nouvelles portes !

Ce n’est pas l’idée qui compte, mais la manière de la mettre en place et de gérer votre activité. Il n’y a pas non plus de mauvaises idées, seulement des marchés à conquérir.

Derniers articles